Comment faire un récupérateur d’eau de pluie autonome ?

L’eau est une ressource naturelle épuisable. Sa bonne gestion est un enjeu d’envergure internationale. La ressource s’épuise à toute allure, alors que sa consommation s’accroît à vitesse grand V. Pour remédier à ce problème, faire récupérateur eau de pluie autonome constitue la solution à long terme. Même sans la fibre écologique, vous pouvez vous prêter à son usage dans un but purement économique. Voici les démarches à suivre pour monter votre récupérateur d’eau de pluie.

Les avantages de faire un récupérateur d’eau de pluie autonome

Un récupérateur d’eau de pluie consiste en un système de collecte d’eau pluviale qui servira au lavage, à la lessive, à l’arrosage…

Alléger la facture

Les nouvelles technologies ont émergé de nouvelles habitudes de consommation gourmandes en eau. Sa surconsommation a déclenché la baisse du niveau des nappes phréatiques. Un tiers de la population est confronté à une pénurie d’eau potable. Son prix a d’autant plus augmenté. Elle coûte environ 3 euros par m3.

Faire un récupérateur d’eau de pluie autonome demeure la meilleure solution à cette problématique. En plus de réduire la consommation excessive d’eau, la méthode réduit votre facture annuelle. Démocratiser le système est le premier pas vers un monde écoresponsable et économique.

Disposer d’une source d’eau

Le récupérateur d’eau de pluie est un système simple, mais astucieux. L’installation est facile à monter et à démonter. Elle ne demande ni expertise en bricolage ni main d’œuvre.

La cuve ne requiert aucun travail de terrassement. Elle se pose à même le sol, mais une surélévation est à prévoir afin de faciliter le remplissage des cuves.

Certaines personnes utilisent un tonneau ouvert dépourvu de robinet. C’est une solution abordable, mais complexe. L’extraction de l’eau du tonneau demande de l’effort physique et une bonne endurance.

fabriquer un recuperateur eau de pluie

Profiter d’une eau saine

L’eau de pluie n’est pas potable, mais saine. Elle n’a subi aucun traitement au fluor. Elle est exempte de chlore et de produits chimiques utilisés dans l’assainissement des réseaux domestiques.

L’eau de pluie convient à l’arrosage des plantes du jardin et aux usages domestiques. Elle s’utilise pour nettoyer le sol, le linge et les sanitaires. Faible en calcaire, l’eau pluviale redonne de la douceur et de la fraîcheur à votre lessive.

Pour garantir sa pureté, quelques précautions s’imposent. Munissez-vous d’un préfiltre. Incrustez-le à la sortie de la gouttière.

L’assainissement passe aussi par un entretien régulier des cuves. Faites une vidange annuelle du réservoir et des nettoyages occasionnels de la pompe ainsi que des gouttières. Les collecteurs d’eau sensibles au gel réclament une vidange avant le froid, au risque de créer un engorgement.

Avoir à disposition une diversité de modèles

Le récupérateur d’eau de pluie autonome se décline en une infinité de modèles. Votre choix repose sur la consommation quotidienne à couvrir, votre budget, le terrain de réception et votre emplacement géographique. Les récupérateurs aériens ne peuvent contenir qu’un moindre volume d’eau.

Les cuves enterrées s’adressent à la grande consommation. Elles se placent à l’extérieur de la maison et répondent à plusieurs besoins (arrosage, lessive, vaisselle, hydratation…).

Les immeubles de copropriété peuvent accueillir de petits récupérateurs nichés sur les balcons ou au-dessous des gouttières, à condition d’avoir obtenu l’aval du syndic.

Les étapes pour faire un récupérateur d’eau de pluie autonome

La construction d’un récupérateur d’eau de pluie abordable ne vous prendra que quelques jours.

Comment fabriquer un récupérateur d’eau de pluie autonome et low-tech

Rassembler le matériel

Libre à vous d’utiliser des outils de seconde main ou neufs. Prenez garde à l’état et à l’assainissement des instruments d’occasion. La construction nécessite :

  • 8 palettes ;
  • 2 cuves de 1000 litres ;
  • une tôle ondulée ;
  • un chéneau large ;
  • une longue maille en métal en guise de filtre ;
  • un gros et long tuyau pour l’acheminement de l’eau de pluie ;
  • des vis ;
  • des raccords et des tuyaux pour la connexion des 2 cuves ;
  • plusieurs connecteurs de tuyaux ;
  • un dénivelé pour favoriser la pression à la baisse du niveau d’eau dans les cuves.

Avant de valider votre achat, vérifiez les antécédents des cuves. Évitez celles qui ont stocké des produits chimiques. Tenez aussi compte de leur couleur. Les cuves blanches se destinent au stockage de l’eau à un usage externe exclusif. Noire est la couleur des cuves destinées à recevoir une eau potable. La teinte sombre protège l’eau des rayons des UV.

Se mettre au bricolage

Entreposez les palettes en 2 rangées et vissez-les entre elles. Espacez le milieu de la rangée pour le passage du tuyau d’arrivée d’eau. À l’arrière des rangées, fixez 2 palettes à la verticale. Elles accentueront l’inclinaison de la tôle ondulée. Placez et fixez celle-ci aux palettes.

Mettez les 2 cuves l’une à côté de l’autre sur un terrain plat et installez le toit. Fixez la gouttière aux palettes et assurez-vous de la placer en dessous du toit. Sur le trou de la gouttière, mettez le connecteur et le tuyau. Celui-ci traversera la première rangée de palettes, s’incrustera au milieu des deux rangées et s’introduira dans la cuve.

Prenez la grille et roulez-la. Déposez la boule métallique dans le trou du chéneau qui servira de filtre.

Pour connecter les 2 cuves, vous disposez de 2 méthodes. La première utilise les raccords et les tuyaux. D’autres tuyaux achemineront l’eau de pluie vers leur destination finale. L’autre méthode consiste à trouer le milieu des 2 cuves et à connecter les deux trous. Ainsi, le trop-plein sera versé dans la seconde.

Choisir la disposition des cuves

La disposition des cuves vous confronte à une alternative. La première propose de les placer sur un terrain plat et de les adosser à un mur de la même hauteur que les cuves. Disposez les 2 rangées de palettes sur les 2 cuves déposées côte à côte.

La seconde suggère de placer les cuves l’une sur l’autre. Les palettes les consolideront. La tôle se place sur la cuve du dessus. Percez un trou sur celle-ci qui recevra le tuyau reliant la cuve à la gouttière nichée en dessous du toit. Pour connecter les deux cuves, trouer celle du dessus et placer un tuyau connecté entre les deux.

Découvrez la SOLUTION CLE EN MAIN pour être prêt en cas d’effondrement économique :

Se préparer avant l'effondrement économique

Laisser un commentaire